Islam et politique View larger

Islam et politique

9782262076559

|

New product

Sans surprise, son hostilité de principe aux Frères musulmans le pousse à rallier l’État profond égyptien et l’institution militaire en soutenant sans réserve le renversement de Morsi. Lors du sermon du premier vendredi qui suit le...

More details

40,000DT

  • Les rapports qu'entretiennent islam et politique sont complexes. Les aborder nécessite de se pencher sur l'histoire et l'actualité des mouvements politiques eux-mêmes, dont la plupart sont issus de l'organisation des Frères musulmans créée en 1928. Depuis lors, chaque pays a coloré ces mouvements d'une teinte qui lui est propre, rendant impossible une vision globale d'un prétendu " islam politique ". Ce sont donc des histoires multiples que les meilleurs spécialistes réunis par Pierre Puchot s'attachent à dessiner : celle " des militants, des organisations, et à travers elles, des individus et des nations aux destins complexes et dont les trajectoires suivent rarement une ligne droite ". Du Maroc au Qatar, de la Turquie au Yémen, d'Ennahda en Tunisie à l'État islamique en Irak et en Égypte, ils analysent des sociétés et un processus politique toujours en mouvement. Pour mieux comprendre.

  • Editeur TEMPUS PERRIN
    auteur Pierre Puchot
    Nombre de pages 340
    Langue Français
  • Aucun avis n'a été publié pour le moment.

    Donnez votre avis

    Islam et politique

    Islam et politique

    Sans surprise, son hostilité de principe aux Frères musulmans le pousse à rallier l’État profond égyptien et l’institution militaire en soutenant sans réserve le renversement de Morsi. Lors du sermon du premier vendredi qui suit le coup d’État, il déclare que les salafistes doivent soutenir le peuple égyptien et son armée, amalgament volontairement dans son prêche les manifestants pro-Morsi du Caire et les jihadistes du Sinaï en un seul et même complot dirigé contre l’armée égyptienne.
    Ce moment marque la jonction des discours des opposants au Printemps arabe, des salafistes et des nationalistes arabes, nés au début de la guerre en Libye, et qui fonctionnent à plein au moment de la guerre en Syrie. Raslan, dans sa « croisade » contre le Printemps arabe, ira jusqu’à donner du crédit au discours des « modernistes tunisiens » fustigeant un « jihad du sexe » pourtant purement fictif des jeunes Tunisiennes en partance pour la Syrie.
    En décembre 2017, Raslan produit enfin une fatwa interdisant à quiconque de se présenter aux élections contre Sissi, car cela remettrait en cause son autorité. (pp. 106-108)