Les Amours jaunes, suivi de Le Casino des trépassés et L'Américaine View larger

Les Amours jaunes, suivi de Le Casino des trépassés et L'Américaine

9782253160830

New product

Unique recueil de poèmes de Tristan Corbière, publié à compte d'auteur et qui passa inaperçu. Corbière, qui ne connut aucun succès de son vivant, sera révélé de manière posthume par Verlaine, qui lui consacre un chapitre de son essai...

More details

26,400DT

  • « On peut aimer jaune comme on rit jaune », disait André Breton des poèmes de Corbière pour souligner leur dissonance majeure. Et ce sont bien, en effet, les fausses souffrances et les fausses grandeurs qui sont ici tournées en dérision par un poète qui s'éloigne de sa propre image et, de soi à soi, vient creuser la plus grande distance. L'écriture s'ouvre ainsi à la parodie qui dénonce l'imposture des formes, et à toutes les ressources d'un jeu verbal où l'ironie dit amèrement la discordance de vivre. Lorsqu'il paraît en 1873, le recueil ne rencontre guère d'écho. Un an plus tard, tout jeune encore, son auteur meurt, et ç'aura été son seul livre. Mais en faisant de Corbière, dix ans plus tard, un de ses « poètes maudits », Verlaine ouvre une nouvelle carrière aux Amours jaunes dont le héros de Huysmans, des Esseintes, apprécie de son côté, dans A rebours, la veine excentrique et cocasse. Après quoi, les surréalistes situeront Corbière à sa véritable hauteur en faisant de lui, à côté de Rimbaud et de Lautréamont, l'artisan d'une révolution poétique essentielle.

  • Editeur Le livre de Poche classiques
    auteur Tristan Corbière
    Collection Le livre de Poche
    Nombre de pages 288
    Date de parution 2003
    Langue Français
    Format Poche
  • Aucun avis n'a été publié pour le moment.

    Donnez votre avis

    Les Amours jaunes, suivi de Le Casino des trépassés et L'Américaine

    Les Amours jaunes, suivi de Le Casino des trépassés et L'Américaine

    Unique recueil de poèmes de Tristan Corbière, publié à compte d'auteur et qui passa inaperçu. Corbière, qui ne connut aucun succès de son vivant, sera révélé de manière posthume par Verlaine, qui lui consacre un chapitre de son essai Les Poètes maudits (1883).